Libre échange et du protectionnisme au XIXe siècle

Libre échange et du protectionnisme au XIXe siècle

Café économique

60 min.

Au XIXème siècle, l’essor du capitalisme s’est accompagné de la domination des idées libérales dans la pensée économique : la thèse du libre-échange (Adam Smith, David Ricardo) a notamment éclipsé celle du  protectionnisme (Friedrich List).

Dans la réalité, le protectionnisme a toutefois dominé durant les trois-quarts de ce siècle (première moitié et dernier quart) et dans la quasi-totalité des futurs pays développés, dont l’Allemagne et les États-Unis, à l’exception de l’Angleterre.  Les grands pays capitalistes semblent avoir acquis leur puissance en tirant plus parti du protectionnisme que de l’ouverture. Ils ont imposé en revanche le libre échange aux pays dépendants, parfois à la canonnière (Chine, Inde).  En outre, les expériences de l’intermède libre-échangiste des années 1860-1870 et du retour du protectionnisme à la fin du siècle ne semblent pas confirmer, d’après  Paul Bairoch, la thèse du libre échange comme vecteur de l’expansion économique et de l’extension du commerce

Alors que la notion de « mondialisation heureuse » est aujourd’hui mise en cause, il est utile de connaitre l’expérience du XIXème siècle à cet égard, en tenant compte des différences de contexte.  Bertrand Blancheton, spécialiste d’histoire économique, nous présente les principaux enseignements qu’il tire des travaux portant sur cette période.

- Michel Cabannes

Avec

bernard blancheton

Bertrand Blancheton

Bertrand Blancheton, est professeur d’économie à l’université de Bordeaux. Parmi ses publications : Introduction aux politiques économiques, Dunod 2020 ;  Mythes économiques. En finir avec les idées reçues en économie, Ellipses 2017 ; Histoire de la mondialisation, De Boeck 2008.

Michel Cabannes

Michel Cabannes

 Economiste et maître de conférence à l'Université de Bordeaux.