Les paysans dans la littérature

Les paysans dans la littérature

Les paysans dans la littérature

Café Art Littérature

60 min.

Les images des paysans français reflétés par la littérature sont d’une extrême variété. Aux deux extrêmes, on trouve le récit virgilien qui fait des travaux des champs l’activité la plus noble et la plus bienfaitrice des êtres humains ; à l’autre bout, les tableaux les plus sombres de l’humanité.

George Sand s’est illustrée comme écrivain par le roman rustique qui fait vivre dans son Berry des personnes aux âmes pures triomphant des méchants, dans un environnement agreste idyllique (François le Champi, La Mare au diable). René Bazin exalte les paysans de Vendée porteurs et passeurs des grandes vertus nationales, catholiques et conservatrices (La Terre qui meurt). Balzac, lui, a peint un sombre monde de petits propriétaires frustrés, ennemis de la grande propriété, obsédés par la possession de la terre (Les paysans). Le comble de la noirceur est exposé par Zola, qui invente des personnages cupides, odieux, sauvages, et même incestueux (La Terre). Il faut attendre vers 1900 pour lire enfin un récit authentique, écrit par un homme de la terre, un autodidacte devenu écrivain, Emile Guillaumin, pour saisir dans sa complète réalité la vie des métayers dans le Bourbonnais. Ce ne sont pas des petits saints, ils sont la plupart analphabètes, mais ce sont des travailleurs acharnés sur lesquels pèse le double poids d’un labeur sans repos exposé à toutes les incertitudes contingentes et de l’oppression des grands propriétaires (La Vie d’un simple). Au XXe siècle, plus qu’à Henri Bosco (Le Mas Théotime), il appartiendra à Jean Giono de traduire la condition paysanne, de la Haute Provence cette fois, sans œillères et avec poésie (Colline, Un de Baumugnes, Regain). On s’interrogera donc sur ces représentations si différentes du monde paysan, sur les mythes qu’ils ont construits et sur leur valeur d’histoire sociale. 

Michel Winock

Avec

Michel Winock

Michel Winock

Historien spécialiste de la République française ainsi que des mouvements intellectuels et politiques, Michel Winock est co-fondateur de la revue L’Histoire. Également professeur émérite à Sciences Po et écrivain, il est l'auteur de nombreux ouvrages parmi lesquels Madame de Staël (Goncourt de la biographie Edmonde Charles-Roux, 2010), Clemenceau (2007), Le Siècle des intellectuels (Prix Médicis essai) et récemment Charles de Gaulle : un rebelle habité par l’histoire (Gallimard – L’esprit de la cité, 2019). Michel Winock est également membre du conseil d'administration du Festival du film d'histoire.

Bové

José Bové

José Bové est un paysan, syndicaliste et homme politique français.

Les paysans dans la littérature

Réserver en ligne

Patience... le programme complet de la 34e édition sera dévoilé en octobre !

Le programme du Festival 2024... prochainement !

Télécharger le programme