George Orwell, un anarchiste-tory so british ?

Orwell

George Orwell, un anarchiste-tory so british ?

Un jour, un auteur

120 min.

George Orwell est surtout reconnu comme l’auteur de 1984, dystopie terrifiante d’une société totalitaire accomplie et, dans une moindre mesure, de La Ferme des Animaux, fable féroce sur la révolution d’octobre. Pour autant, il ne faudrait pas réduire George Orwell à ces deux œuvres remarquables qui dénoncent le totalitarisme, aussi visionnaires soient-elles. Dénonciation largement consensuelle aujourd’hui. Car Orwell fut avant tout un militant socialiste désirant porter témoignage par son expérience directe.

Mais un socialiste du vécu : il a forgé ses convictions principalement en partageant la condition des mineurs (Le Quai de Wigan) et son horreur du totalitarisme en combattant le fascisme en Espagne (Hommage à la Catalogne).

Mais un socialiste aux côtés des gens de peu auprès desquels il a appris la valeur centrale de la common decency et celle qui lui est attachée de l’enracinement (Orwell comme frère de Simone Weil). George Orwell a consacré un article à the nice cup of tea en tant qu’élément constitutif de l’âme anglaise comme peuvent l’être le pub, le rugby, le petit jardin backyard ou le coin de cheminée.

"Aujourd'hui, je ne vois pas qu'il existe un seul écrivain dont l'œuvre pourrait nous être d'un usage pratique plus urgent et plus immédiat" écrivait en 1984, Simon Leys dans son essai remarquable : Orwell ou l’horreur de la politique ; au XXIe siècle, cette affirmation conserve assurément toute sa pertinence.

Avec

Jean-Marie Tixier

Jean-Marie Tixier

Président cinéma Jean-Eustache Pessac et membre du Conseil d'Administration du Festival International Film d’Histoire.

Malgré une thèse d’Etat en science politique consacrée à Une lecture politiste du western, Jean-Marie Tixier a travaillé dans le cinéma. Tout d’abord à l’OROLEIS (Office régional des œuvres laïques d'éducation par l'image et le son) où il louait des films aux ciné-clubs d’Aquitaine. Puis, il a participé à la mise en place de la réforme du cinéma entreprise à partir de 1983 en tant que délégué à Bordeaux de l’Agence pour le Développement Régional du Cinéma. Il a été également trésorier de l’association Aquitaine Images Cinéma, l’agence chargée par le Conseil régional d’Aquitaine de la politique du cinéma. Après bien des péripéties, il a terminé ses activités professionnelles comme maître de conférences à l’Université Montesquieu de Bordeaux pendant une dizaine d’années. Aujourd’hui, il préside toujours aux destinées du Jean-Eustache, cinéma d’art & essai de Pessac. Son Dictionnaire du Western cosigné avec Claude Aziza a reçu le prix Transfuge 2017 du meilleur livre de cinéma.

Ses interventions dans le cadre de l'Unipop Histoire : La résistance allemande à Hitler : histoire et mémoire.

François Aymé

François Aymé

George Orwell, un anarchiste-tory so british ?

Programme 2023

Programme 2023

Télécharger le programme