Sans peur, sans pitié

Sans peur

Sans peur, sans pitié

Lima Barreto

1953

95 min.

VOSTF

Un gang de Cangaceiro, bandits du nord-est brésilien, kidnappe une institutrice. L’un des bandits tombe amoureux de la jeune femme.

La sortie d’O Cangaceiro en 1953 constitua un événement à plus d’un titre : non seulement il demeure dans son pays d’origine l’un des plus gros succès de tous les temps, mais sa reconnaissance critique au Festival de Cannes où il reçut le prix de la meilleure musique et celui du meilleur film d’aventures, lui permit de bénéficier d’une sortie mondiale qui en fit le premier film brésilien à devenir un hit au box-office international. Quant à Mulher Rendeira, la chanson-thème du film, ce fut instantanément un tube planétaire longtemps considéré comme l’hymne officieux du Brésil. Ce succès doit tout à Lima Barreto, le scénariste-réalisateur, qui mit à profit son expérience dans le documentaire l’un d’eux fut primé à Venise en 1951 pour créer une œuvre totalement brésilienne, tant de cœur que d’esprit. Pour Barreto, tout devait respirer le Brésil dans O Cangaceiro, aussi bien le titre, l’histoire, les extérieurs, les personnages et leur personnalité que la photographie, la musique et le montage. Et même si l’influence du western hollywoodien ou de l’épopée mexicaine s’y fait sentir, son film reste en effet incontestablement brésilien dans l’âme, jetant la lumière sur une des régions les plus pauvres du pays et ses problèmes sociaux récurrents, ainsi que sur une composante essentielle du folklore national, les cangaceiros. Ces bandits, qui sévissaient dans le Nord-est du Brésil depuis la fin du XIXe siècle, constituaient des bandes armées extrêmement bien organisées qui défièrent le gouvernement pendant des décennies avant d’être écrasées par l’armée au cours des années 30. Symbole de liberté et de rébellion, le cangaceiro deviendra au cours des années 60, dans les œuvres du mouvement contestataire Cinema Novo (la Nouvelle Vague brésilienne), une métaphore politique et révolutionnaire dont la meilleure représentation se retrouve dans les films de Glauber Rocha Le Dieu noir et le diable blond et Antonio Das Mortes.

Fiche du film

Réalisateurs(trices)

Lima Barreto

Année

1953

Durée

95 minutes

Date Sortie française

Mercredi 16 septembre 1953

Auteur(s) / Scénario

Lima Barreto

Format de diffusion

DVD

Détails

Interprètes

 Avec Alberto Ruschel (Teodoro), Marisa Prado (Olivia), Milton Ribeiro (Capitão Galdino Ferreira), Vanja Orico (Maria Clódia), Adoniran Barbosa (Mané Mole)…

Direction photographie

H.E. Fowle

Montage

Giuseppe Baldacconi, Lúcio Braun, Oswald Hafenrichter

Couleur

N&B

Distributeur

Films sans frontières

Musique

 Gabriel Migliori, Ricardo Prado

Son

Ernest Hack, Erik Rasmussen

Producteur(trice)

 Cid Leite da Silva 

Pays

Brésil

Critiques

 

Sans peur, sans pitié

  • Jeudi 21 novembre 2019 - 14 h 00

  • Cinéma Jean Eustache
Réserver en ligne

Sans peur, sans pitié

  • Samedi 23 novembre 2019 - 14 h 00

  • Cinéma Jean Eustache
Réserver en ligne

Patience... le programme complet de la 34e édition sera dévoilé en octobre !

Le programme du Festival 2024... prochainement !

Télécharger le programme