Razzia

razzia

Razzia

Nabil Ayouch

2017

109 min.

VOSTF

Né d'une envie personnelle du réalisateur d'offrir une observation de la société marocaine, Razzia rassemble cinq histoires distinctes, certaines se déroulant au début des années 80 dans les montagnes de l'Atlas, et d'autres dans le Casablanca d'aujourd'hui. Considérant que l'intolérance, l'ignorance des autres et le refus d'accepter les différences, sont des signes de plus en plus visibles au Maroc, Nabil Ayouch a choisi d’en faire l’un des thèmes phares de son film et celui qui lie les cinq histoires. « Le film parle de gens en quête de liberté, de droit d'exprimer leurs pensées et de parler des questions qui leur importent. En particulier, le droit des femmes à atteindre cet objectif ; car je pense que cela devient de plus en plus difficile pour les femmes d'être libres dans le Maroc moderne. Les mentalités sont en régression pour une raison simple. La liberté d'expression. Nous avançons à reculons. » Et c’est bien de cette quête de liberté individuelle, personnelle et intime qu’il s’agit pour chacun des personnages, qu’ils soient issus des quartiers populaires, de l’ancienne médina ou des ghettos bourgeois où les plus riches regardent Casablanca depuis les fenêtres des célèbres bâtiments art déco de la ville. Et comme pour rendre hommage à la « vraie Casablanca », le réalisateur s’autorise d’évoquer avec malice le mythique Casablanca de Michael Curtiz. Outre la ville, le seul lien tangible qui relie ces histoires est incarné par un professeur ayant enseigné dans une petite école d'un village berbère de l'Atlas en 1982. Et ce n’est pas un hasard, car le film soulève également la question de l'héritage des réformes éducatives de 1982. "Je crois qu'il y a eu un changement crucial dans les mentalités au début des années 1980 qui a changé les systèmes éducatifs dans le monde entier et a eu un impact majeur sur le monde d’aujourd’hui. Au Maroc, des disciplines telles que la sociologie et la philosophie ont été retirées des programmes. Nous en subissons les conséquences. Nous construisons un nouveau type d'être humain" explique Nabil Ayouch. Deux ans après Much Loved, le réalisateur nous offre une nouvelle œuvre poignante, choisie pour représenter le Maroc aux Oscars 2018.

 

Biographie du réalisateur(rice)

Nabil Ayouch

Nabil Ayouch

Réalisateur d'origine marocaine, né à Paris en 1969, Nabil Ayouch est d'abord directeur de production freelance puis assistant réalisateur. Il réalise une cinquantaine de spots publicitaires pour le Maroc, l'Afrique noire et les Dom-Tom. Après trois courts métrages (Les Pierres bleues du désert, 1992 ; Hertzienne connection, 1993 ; Vendeur de silence, 1994), il signe Mektoub (1997), son premier long métrage, puis Ali Zaoua, prince de la rue (2000), Une minute de soleil en moins (2002) et Whatever Lola Wants (2007). Membre fondateur d'un groupement d'auteurs, réalisateurs et producteurs marocains (GARP), il a créé à Casablanca la société de production Ali N'Productions pour aider à la découverte de jeunes talents marocains. En 2012, il réalise Les Chevaux de dieu présenté à Un Certain regard au Festival de Cannes et à Cinémed. En 2015, son film Much Loved est sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes et violemment critiqué puis censuré au Maroc.

 

Films réalisés

  • Titre 1
  • 2012 : Oscar de ...
  • 2012 : Oscar du ...
  • Titre 2
  • 2012 : Oscar de ...
  • 2012 : Oscar du ...

Fiche du film

Réalisateurs(trices)

Nabil Ayouch

Année

2017

Durée

109 minutes

Date Sortie française

Mercredi 28 février 2018

Auteur(s) / Scénario

Nabil Ayouch, Maryam Touzani

Format de diffusion

DCP

Thématiques abordées par le film
Histoire
Détails

Interprètes

Avec Maryam Touzani (Salima), Amine Ennaji (l’instituteur Abdallah), Arieh Worthalter (Joe), Abdelilah Rachid (Hakim), Dounia Binebine (Inès), Nezha Tebbaï (Yto jeune), Saâdia Labib (Yto, vieille)…

Direction photographie

Virginie Surdej

Montage

Sophie Reine, Marie-Hélène Dozo

Couleur

Couleur

Distributeur

Ad Vitam

Musique

Caroline Chaspoul, Eduardo Henriquez, Guillaume Poncelet

Son

Zacharie Naciri

Costumes

Lydie Collin

Producteur(trice)

Bruno Nahon, Patrick Quinet, Nabil Ayouch

Pays

France Maroc Belgique

Critiques

Razzia

  • Jeudi 23 novembre 2017 - 14 h 15

  • Cinéma Jean Eustache
Réserver en ligne

Razzia

  • Samedi 25 novembre 2017 - 21 h 00

  • Cinéma Jean Eustache
Réserver en ligne

Programme 2023

Programme 2023

Télécharger le programme