L'Esprit de 45

L'Esprit de 45

L'Esprit de 45

L'Esprit de 45

Ken Loach

2013

94 min.

VOSTF

L'année 1945 a marqué un tournant dans l'histoire de la Grande-Bretagne. L'unité de son peuple pendant les combats de 1939-1945, et le souvenir douloureux de l'entre-deux-guerres ont conduit à l'émergence d'un nouvel idéal social. La fraternité est ainsi devenue le mot d'ordre de cette époque, marquée par un sentiment de solidarité sans précédent…

« Ken Loach n'a jamais caché ses opinions sous le boisseau. D'ailleurs, on peut raisonnablement supposer qu'il ne s'agit pas d'opinions, mais selon lui, d'un programme d'action qui résulte d'une observation scientifique de l'histoire. Bref, Ken Loach est marxiste. Ce qui ne l'a pas empêché, jusqu'ici, de réaliser des films nuancés parce qu'il a toujours eu le courage de confronter cette vision dialectique de l'histoire avec les impondérables de la fiction cinématographique. 

L'esprit de 45 ici évoqué n'est pas tant celui de la victoire des Alliés sur l'Axe que celui du triomphe du parti travailliste de Clement Attlee sur les conservateurs emmenés par Winston Churchill en juillet de cette année. Disposant d'une majorité absolue aux Communes, le Labour Party mit en œuvre les réformes recommandées par le rapport Beveridge (du nom d'un parlementaire libéral), rédigé pendant la guerre. La création d'un service de santé national, la nationalisation des mines et des chemins de fer, l'extension d'une éducation publique de qualité furent mises en œuvre en un laps de temps si bref que la société britannique s'en trouva transformée du jour au lendemain.

Pour Ken Loach, ce changement est d'une nature révolutionnaire et procède d'une mobilisation prolétarienne sans précédent. Pour le démontrer, le réalisateur utilise des documents d'époque qui évoquent à la fois le désir des Britanniques de ne pas revenir à la société d'avant-guerre, inégalitaire et brutale et cette même société, avec son taux de chômage vertigineux, ses taudis et l'arrogance de sa classe dirigeante.

Il y ajoute des témoignages de vieillards qui peuvent comparer l'avant et l'après. Ce sont ces interventions qui font le prix de L'Esprit de 45. Il faut entendre la description de la vie d'un enfant, mal nourri, mal logé, mal éduqué, dans des conditions que l'on associe aujourd'hui aux habitats précaires des pays émergents pour mesurer la distance parcourue en quelques années.

Ken Loach ne s'arrête pas à cette interprétation exaltée des réformes travaillistes. La seconde partie du film est consacrée au démantèlement d'une bonne partie de ces conquêtes par les gouvernements conservateurs ou travaillistes, à partir de l'élection de Margaret Thatcher. Si ce démantèlement est un fait irréfragable, Loach ne prend jamais en compte les limites des réformes de 1945 – l'échec de l'urbanisme social ou celui des entreprises nationalisées.

Plus le film avance, plus il martèle que la seule solution est un retour aux valeurs et aux méthodes de 1945, comme si le monde n'avait pas changé, comme si la classe ouvrière britannique était restée immuable, telle une statue soviétique posée sur la grand place d'une ville depuis longtemps convertie au capitalisme le plus libéral. » – Le Monde

Fiche du film

Réalisateurs(trices)

Ken Loach

Année

2013

Titre original

L'Esprit de 45

Durée

94 minutes

Date Sortie française

Mercredi 8 mai 2013

Format de diffusion

DCP

Détails

Montage

Jonathan Morris

Couleur

Couleur et N&B

Distributeur

Why Not Productions

Musique

George Fenton

Son

Paul Parson, Kevin Brazier, Ian Tapp

Producteur(trice)

Rebecca O'Brien, Kate Ogborn, Lisa Marie Russo

Pays

GB

Critiques

L'Esprit de 45

  • Mercredi 22 novembre 2017 - 19 h 15

  • Cinéma Jean Eustache
Réserver en ligne

L'Esprit de 45

  • Jeudi 23 novembre 2017 - 11 h 40

  • Cinéma Jean Eustache
Réserver en ligne

Programme 2023

Programme 2023

Télécharger le programme