BEAUCOUP DE BRUIT POUR RIEN

Beaucoup de bruit pour rien

Adapté à partir de la 4e

Dans le cadre du Festival, présenté dans le dispositif : CLASSE PASSEPORT William Shakespeare

 

[MUCH ADO ABOUT NOTHING]

Kenneth Branagh – États-Unis/GB, 1993, 1h53, coul, vostf. Avec Emma Thompson, Kenneth Branagh, Keanu Reeves...

Messine à la fin du XVIe siècle. Don Pedro revient de guerre victorieux et accompagné de ses fidèles Claudio et Bénédict. Les deux chevaliers sont bien décidés à occuper leur repos de guerriers en livrant d'autres combats, tout aussi exaltants et peut-être tout aussi périlleux, ceux de l'amour. Mais, il y a un vilain, le « bâtard » Don Juan, et, comme en toute guerre, trahison et félonie ne sont jamais loin, qui menacent de faire basculer la comédie romantique dans la tragédie...

Beaucoup de bruit pour rien est l’une des pièces les plus populaires de Shakespeare. Une brillante comédie, publiée en 1600, dans laquelle com- plots, romances, marivaudages, farce, amour et trahison composent une intrigue complexe et réjouissante. K. Branagh imprègne son adaptation d’une joyeuse légèreté très respectueuse du verbe truculent de Shakespeare. Les élèves se laisseront facilement emporter par l’énergie du texte et l’audace de la mise en scène.

DANS LE CINÉ-DOSSIER

  • Shakespeare et son temps
  • Un pré-texte historique : les affaires de Sicile au XIIIe siècle
  • De la pièce au film : le cinéma face à Shakespeare
  • Quand Shakespeare fait son cinéma
  • Portrait de Kenneth Branagh
  • Beaucoup de bruit pour rien, la pièce
  • Les personnages
  • La magie du cinéma au service d'un chef d'oeuvre du théâtre
  • Séquence clé
  • Les références bibliographiques et filmographiques

PISTES PÉDAGOGIQUES

  • Shakespeare l'Universel, « père fondateur » et créateur de mythes
  • L'Angleterre d'Élisabeth I, la naissance d'une grande puissance
  • Totus mundus agit histrionem : le théâtre au temps d'Élisabeth I 
  • Le théâtre de Shakespeare, « une histoire de bruit et de fureur » racontée par un génie
  • D'Orson Welles à Kenneth Branagh en passant par Kurosawa : Shakespeare à l'écran