Le thriller d'espionnage, un genre populaire britannique

Le thriller d'espionnage, un genre populaire britannique

Le thriller d'espionnage, un genre populaire britannique

UniPop Cinéma

90 min.

Très populaire dès les débuts du parlant, le genre du thriller d’espionnage atteint la perfection grâce à Alfred Hitchcock avec la formule de la comédie d’espionnage (Une femme disparaît, 1938). Le cinéma colonial popularise des figures d’agents secrets dans des contextes exotiques : Alerte aux Indes (Zoltan Korda, 1938). La période de guerre agite la figure de l’espion ennemi : The Next of Kin (Thorold Dickinson, 1942) ; Went the Day Well? (Alberto Cavalcanti, 1942). La formule perdure après la guerre (L’étrange aventurière, Frank Launder, 1946) mais la Guerre froide inspire aussi des farces (Notre agent à La Havane, Carol Reed, 1959). En 1962, l’agent 007 fait son apparition sur les écrans dans Dr No (Terence Young) et inspire des versions décalées – notamment sous les traits de Michael Caine en Harry Palmer dans IPCRESS danger immédiat (Sidney J. Furie, 1965). Les adaptations de John Le Carré, à partir de L’Espion qui venait du froid (Martin Ritt, 1965), offrent une vision désenchantée du monde du contre-espionnage. Les années 1980, avec l’effondrement de l’URSS et la chute du Mur de Berlin, cautionnent l’émergence d’une nouvelle tendance, avec l’apparition de la figure du terrorisme international ou les peurs liées aux grands désastres écologiques ou à l’influence des multinationales pharmaceutiques (The Constant Gardener, Fernando Meirelles, 2005) – quand la menace ne vient pas de l’intérieur (007 Spectre, Sam Mendes, 2015).

Avec

Jean-François Baillon

Jean-François Baillon

Professeur à l’Université Bordeaux Montaigne. Président de la Société d’études et de recherches sur le cinéma anglophone, il a publié des articles sur le cinéma britannique dans les revues Mise au point, CinémAction, Ligeia et Positif et dans divers ouvrages collectifs. Ses recherches portent sur les rapports entre identités (culturelles, ethniques, sexuelles) et formes cinématographiques. Il travaille actuellement à une monographie sur Brève rencontre de David Lean et prépare un Dictionnaire du cinéma britannique (avec N. T. Binh). Intervenant régulier à l’Université populaire du cinéma (soirées consacrées à Michael Powell, Mike Leigh, le Free cinema, Ken Loach), il a participé à l’élaboration du programme de la 28e édition du Festival du film d’histoire et a collaboré à l’élaboration du programme pédagogique de l’édition 2017 ainsi qu’à la rédaction du Ciné-Dossiers n°1 « So British ! ».

Le programme 2017

Tout le programme du festival 2017 en PDF

Télécharger le programme