Bolivie : de la "régénération nationale" au "bien vivre"

Bolivie : de la "régénération nationale" au "bien vivre"

Débat

60 min.

«  À l’aube du XXe siècle, la nouvelle élite libérale en Bolivie érige l’école en l’instrument privilégié des transformations sociales dont elle rêve pour que le pays puisse intégrer le concert des « nations civilisées ». La « régénération nationale » entreprise s’appuie alors sur une politique éducative. Le projet devient celui d’une « désindianisation » de la société… »

Au XXIe siècle, le "proceso de cambio" est à l’œuvre en Bolivie, suite à l’élection, en 2005, d’Evo Morales. Ce processus transforme la « République » en « État plurinational ». Ce nouvel État se donne pour but la « recherche du bien vivre ». La reconnaissance de la diversité culturelle et la coexistence de plusieurs cultures au sein de l’Etat-Nation sont devenues des principes. Ainsi, le « Sumaj Kawsay » ou le « bien vivre » a été inscrit comme projet de société dans la nouvelle constitution bolivienne.

 

Avec

Michel Peyrat

Michel Peyrat est président de l’association Horizons 19 (Corrèze)

Martinez

Françoise Martinez

Françoise Martinez est agrégée d'Espagnol (1993), historienne de l’Institut Français d’´Etudes Andines, responsable de l’antenne bolivienne (La Paz, 1997-99), docteure en Études Latino-américaines (2000) : “Qu’ils soient nos semblables, pas nos égaux. L’école bolivienne dans la politique libérale de ‘régénération nationale’ (1898-1920)” , maîtresse de Conférences en Civilisation latino-américaine à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense (2000-14),  habilitation à diriger des recherches en Lettres et Sciences Humaines (2013) : “Politiques éducatives et festives. Mexique et Bolivie pendant leur premier siècle de vie indépendante (1810-1925)”, 3 volumes. Qualification par le CNU en Langues et littératures romanes et Histoire des mondes modernes, professeure des Universités en Histoire et Civilisation de l’Amérique latine à l’Université de La Rochelle (2014-2017) puis à l’Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis.

Elle est actuellement Membre du Laboratoire d’Études Romanes (LER) et de l’équipe Amérique latine, Histoire et mémoire (ALHIM) (depuis 2017), directrice depuis 2018 du projet ECOS-Sud intitulé « Vitrines nationales et stratégies étatiques de communication lors des centenaires et des bicentenaires des indépendances en Amérique du Sud (Argentine, Chili, Uruguay, Paraguay, Bolivie, Equateur, Colombie) » (2018-21) et Auteure d’ouvrages et d’une quarantaine d’articles et chapitres d’ouvrages portant sur l’histoire de l’Amérique latine et en particulier sur la Bolivie contemporaine, en histoire politique, histoire de l’éducation, histoire des politiques symboliques, XIXe-XXIe siècle.

 

Patrick Richet

Patrick Richet

Professeur honoraire d’histoire en chaire supérieure, Patrick Richet collabore aux travaux du groupe pédagogique du Festival du film d’histoire et à l'Unipop.

COURS à l'UNIPOP HISTOIRE : Les exilés politiques, de la Révolution à la Commune ; L'Empereur du Japon ; 1914-1924, les années tournant du Proche-Orient ; Le Japon du Moyen-Âge ; Hokusai et son temps.

Bolivie : de la "régénération nationale" au "bien vivre"

Le programme du Festival 2019

Tout le programme du Festival 2019

Télécharger le programme