Nuestras Madres

Nuestras Madres

Nuestras Madres

César Díaz

2019

78 min.

VOSTF

Caméra d’Or au Festival de Cannes 2019 et Prix SACD à la Semaine de la Critique 2019

Guatemala, 2018. Le pays vit au rythme du procès des militaires à l’origine de la guerre civile. Ernesto, jeune anthropologue à la Fondation médico-légale, travaille à l’identification des disparus...

Présenté à la Semaine de la Critique, Nuestras Madres est l’un des trois « premiers films » de la compétition fiction. Il a reçu à ce titre, la Caméra d’Or au dernier Festival de Cannes. Géographiquement et thématiquement proche de La Llorona (également en compétition), Nuestras Madres est un film guatémaltèque qui explore la dictature, ses morts et disparus. Tout comme le film de son compatriote Jayro Bustamante, César Díaz ancre son récit dans le contexte des procès des militaires responsables d’exactions pendant la guerre civile. En choisissant comme protagoniste central, le jeune Ernesto, anthropologue à la fondation médico-légale travaillant à l’identification des disparus, il donne à son film une approche mémorielle très forte. Il la lie avec son histoire personnelle. Ernesto cherche à retrouver la trace de son père, guérillero à la fin des années 1970, de la même manière qu’a pu le faire César Díaz. S’il s’attache à exhumer, littéralement, des corps et donc des épisodes tragiques de l’histoire du Guatemala, le film donne aussi la parole à de nombreuses femmes. Souvent d’origine indienne, celles-ci sont les mères, femmes, sœurs, de ces disparus. Les femmes qui sont filmées ont réellement vécu cette histoire, certaines ont récupéré les dépouilles de leurs proches. Ce film est un hommage, dès son titre : « Nuestras Madres ». L’histoire du Guatemala est assez méconnue alors que la guerre civile n’a pris fin qu’en 1996 et que le bilan est extrêmement lourd : 200 000 morts, 45 000 disparus… Au Guatemala, c’est une histoire d’actualité : certains procès sont toujours en cours, le travail de restitution aux familles des corps disparus se poursuit, lentement. Il faut également du temps à Ernesto pour reconstituer les corps à partir des ossements. À l’image, César Díaz donne à cette reconstruction une dimension sacrée et rituelle. Il n’y a pourtant aucune esthétisation des morts, le film est proche du réel à la lumière comme au son (à la différence de La Llorona qui est ancré dans le cinéma de genre pour évoquer le même passé). Nuestras madres est le représentant de la Belgique, et non du Guatemala, pour les Oscars car c’est une coproduction entre ces deux pays (et la France). César Díaz sera présent à Pessac, pour accompagner son film.

– Victor Courgeon

 

 

 

Fiche du film

Réalisateurs(trices)

César Díaz

Année

2019

Durée

78 minutes

Date Sortie française

Mercredi 8 avril 2020

Auteur(s) / Scénario

César Díaz

Détails

Direction photographie

Virginie Surdej

Montage

 Damien Maestraggi

Couleur

N&B

Production

Need Productions (Belgique), Perspective Films (France)

Coproduction

Proximus (Belgique), Cine Concepción (Guatemala)

Distributeur

Pyramide Distribution

Musique

Rémi Boubal

Son

Vincent Nouaille, Gilles Benardeau, Emmanuel De Boissieu

Costumes

Sofía Lantán

Décors

Pilar Peredo

Producteur(trice)

Géraldine Sprimont, Delphine Schmit

Pays

Guatemala Belgique France

Critiques

 

Nuestras Madres

  • Jeudi 21 novembre 2019 - 19 h 30

  • Cinéma Jean Eustache
  • En présence de César Díaz

Réserver en ligne

Nuestras Madres

  • Samedi 23 novembre 2019 - 20 h 40

  • Cinéma Jean Eustache
Réserver en ligne

Le programme du Festival 2019

Tout le programme du Festival 2019

Télécharger le programme