Les Vestiges du jour

Les Vestiges du jour

Les Vestiges du jour

The Remains of the Day

James Ivory

1993

134 min.

Blu Ray

Au milieu des années 1930, dans la somptueuse demeure de Lord Darlington. Stevens, responsable de la brigade des domestiques, vint d'un mauvais œil l'arrivée de Miss Kenton, une gouvernante qui n'hésite pas à lui tenir tête. Par ailleurs, le très germanophile Lord Darlington s'apprête à organiser une conférence en vue de rapprocher Anglais, Allemands, Français et Américains…

La confrontation de mondes que tout oppose et la fin d'une époque ­ de Shakespeare Wallah, son premier film sorti en France, à Retour à Howards End­, James Ivory n'a jamais parlé que de ça. Il y avait, dans le sublime roman de Kazuo Ishiguro, de quoi plaire à cet amoureux de littérature en général et de Edward Morgan Forster et Henry James en particulier. Comme Forster, comme James, Ishiguro est un homme à cheval sur deux cultures : né au Japon, il vit en Angleterre depuis l'âge de 6 ans. Et James Ivory, on le sait, a vécu en Inde et reste le plus british des metteurs en scène américains.

“Vous devriez prendre des vacances, sortir de cette maison et voir le monde”, dit le nouveau propriétaire du château à Stevens. “Avant, le monde venait à nous”, répond celui-ci avec révérence. Mais ce temps-là est fini. Il ne reviendra plus. Stevens part en voyage à bord de la traction bleu canard de son patron, il part aussi en voyage dans ses souvenirs.

Que reste-t-il d'une vie consacrée à une fausse idée de la vie ? Des remords et quelques ruines. 

Les Vestiges du jour s'ouvre sur un travelling avant nous amenant, à la suite d'une voiture, aux abords de la propriété de Darlington Hall. Il se ferme sur un mouvement à la grue qui s'en éloigne, tandis qu'un pigeon s'envole par la fenêtre ouverte. Entre les deux, la caméra d'Ivory est à la fois fluide et discrète. À l'image du majordome, elle se déplace rapidement, sans s'attarder sur les détails du décor, pourtant somptueux.

L'adaptation de Ruth Prawer Jhabvala, scénariste de James Ivory depuis Shakespeare Wallah, ressemble à la mise en scène : scrupuleuse et inventive. La plus belle scène du film voit Miss Kenton houspiller Stevens et le pousser dans ses retranchements, jusqu'à ce qu'il accepte de montrer la couverture du livre qu'il est en train de lire. Dans le roman, c'est une scène magnifique et émouvante ; chez Ivory, elle devient, en plus, charnelle et érotique : comme si le seul moyen que ces deux-là avaient trouvé pour se rapprocher était de se heurter sans cesse.

Pour passer de sentiments littéraires à des êtres de chair, il fallait aussi des comédiens de génie. James Fox, trente ans après The Servant, retrouve le rôle de lord qui lui va si bien, sans subir cette fois l'ascendant de son valet, qui lui restera dévoué jusque après sa mort. Stevens, c'est Anthony Hopkins, qui fait magnifiquement passer dans ses yeux bleus l'ombre des douleurs que tout son être s'attache à rendre imperceptibles. Il retrouve sa partenaire de Retour à Howards End, Emma Thompson, très à l'aise dans la volubilité fragile de Miss Kenton.

Film mélancolique et crépusculaire, Les Vestiges du jour est, sans doute, le plus beau que James Ivory nous ait offert depuis longtemps. » – Télérama

Fiche du film

Réalisateurs(trices)

James Ivory

Année

1993

Titre original

The Remains of the Day

Durée

134 minutes

Date Sortie française

mer, 02/23/1994 - 12:00

Auteur(s) / Scénario

Ruth Prawer Jhabvala

Version langue

VOSTF

Détails

Interprètes

Anthony Hopkins (Stevens), Emma Thompson (Miss Kenton), James Fox (Lord Darlington), Christopher Reeve (Jack Lewis), Hugh Grant (Reginald Cardinal)…

D'après

D'après le roman de Kazuo Ishiguro

Direction photographie

Tony Pierce-Roberts

Montage

Andrew Marcus

Couleur

Couleur

Distributeur

Park Circus

Musique

Richard Robbins

Son

David Stephenson

Producteur(trice)

Ismail Merchant, Mike Nichols, John Calley

Pays

Grande Bretagne Etats-Unis

Le programme 2017

Tout le programme du festival 2017 en PDF

Télécharger le programme

Les Vestiges du jour

  • Mercredi 22 novembre 2017 - 14 h 00

  • Cinéma Jean Eustache
Réserver en ligne

Les Vestiges du jour

  • Lundi 27 novembre 2017 - 15 h 30

  • Cinéma Jean Eustache
Réserver en ligne