Les Bruits de Recife

Bruits de Recife

Les Bruits de Recife

O Som ao redor

Kleber Mendonça Filho

2014

131 min.

VOSTF

À Recife, sur la côte brésilienne, les habitants d’un quartier prospère suivent le cours d’une vie calme, entre légers désagréments et insouciance. Peu à peu, des rapports de force, passés et présents, se dessinent…

Kleber Mendonça Filho est aujourd’hui le chef de file du cinéma brésilien, et particulièrement des films du Nordeste, région un peu à l’écart des grands pôles touristiques (Rio, Sao Paulo, Brasilia). Mais il a commencé sa carrière comme critique de cinéma, puis s’est lancé dans la réalisation de quelques courts métrages remarquables et formellement très ambitieux. Les Bruits de Recife, son premier long métrage, vient donc poursuivre une réflexion de longue date sur le cinéma. On découvre à la vision du film une œuvre qui travaille habilement à éviter les lacunes repérées pendant des années par les yeux et les oreilles de son créateur. D’abord, il choisit un cadre quasi-unique : une rue du quartier de Setúbal à Recife (procédé repris dans Aquarius avec la Boa Viagem que foule Sonia Braga, et la rue unique du village de Bacurau). Dans ce décor qu’il connait bien (il y habite), il fait graviter une galerie de personnages répartis hiérarchiquement dans l’espace et séparés par moult murs, grilles et portes sécurisées. L’obsession sécuritaire est matérialisée par le découpage du film en trois parties : chiens de garde, gardiens de nuit, gardes du corps. Riche en personnages, le film est un portrait de la société brésilienne dans toutes ses discriminations. Et KMF réussit brillamment l’exercice du film choral où les existences s’entremêlent et se croisent, tous les rapports étant régis par la peur. La paranoïa semble être l’état d’esprit généralisé, dans ce portrait de la classe moyenne brésilienne. Dans ses courts métrages (Vinil Verde, Recife Frio) le réalisateur brésilien réussissait déjà à mettre en scène l’idée de « menace » qu’elle soit fantastique ou climatique. Influencé par Assaut, Kleber dit clairement à propos de son film : « Je voulais que Les Bruits de Recife ressemble à un soap opera filmé par John Carpenter ». La dimension historique n’en est pour autant pas effacée. Le film démarre sur une série de photographies en noir et blanc, comme pour rappeler le passé tumultueux du Brésil et l’héritage peu reluisant de certains personnages s’autoproclamant figures morales dominantes du quartier. Le film quitte à une reprise Recife pour un court périple à l’extérieur de la ville dans une ancienne plantation, qui vient rappeler les démons esclavagistes de la société brésilienne. Visuellement le format Scope du film déconstruit l’architecture verticale où la richesse semble donner des ailes tant la proximité du bitume urbain est synonyme de déclassement. Les effets sonores et l’utilisation du zoom viennent accentuer le découpage architectural et visuelle de ce film à la fois loupe et stéthoscope auscultant le Brésil, son histoire et son cinéma. – Victor Courgeon

Fiche du film

Réalisateurs(trices)

Kleber Mendonça Filho

Année

2014

Titre original

O Som ao redor

Durée

131 minutes

Date Sortie française

Mercredi 26 février 2014

Auteur(s) / Scénario

Kleber Mendonça Filho

Format de diffusion

DCP

Détails

Interprètes

Avec Irandhir Santos (Clodoaldo), Gustavo Jahn (João), Maeve Jinkings (Bia), W. J. Solha (Francisco), Irma Brown (Sofia)…

Direction photographie

Pedro Sotero, Fabricio Tadeu 

Montage

Kleber Mendonça Filho, João Mario

Couleur

Couleur

Distributeur

Survivance

Musique

DJ Dolores 

Son

Kleber Mendonça Filho, Pablo Lamar, Nicolas Hallet 

Producteur(trice)

Émilie Lesclaux

Pays

Brésil

Critiques

 

Les Bruits de Recife

Réserver en ligne

Le programme du Festival 2019

Tout le programme du Festival 2019

Télécharger le programme