Le Courage du peuple

Courge du peuple

Le Courage du peuple

El Coraje del pueblo

Jorge Sanjinés

1971

90 min.

VOSTF

Le récit des événements qui ont provoqué la révolte des mineurs de Bolivie. Leur lutte sera suivie d’une sanglante répression, la nuit de la St Jean 1967…

« Jorge Sanjinés est né à La Paz en 1936. La révolution de 1953 le force à quitter sa famille assez bien nantie. Obligé de travailler pour subvenir à ses besoins, il côtoie ainsi la population pauvre de la capitale de la Bolivie. Ses études en philo et en lettres à La Paz puis à Santiago du Chili, sa rencontre avec le marxisme mais aussi son approfondissement d’un thème majeur de la littérature latino-américaine (l’indigénisme, dont le plus grand représentant moderne est le Guatémaltèque Miguel Angel Asturias) nourrissent chez lui une vocation d’écrivain. 

La découverte du cinéma et ses études dans ce domaine sont motivées par une volonté de trouver un moyen de communiquer avec le plus grand nombre dans une population peu éduquée ou parlant des langues indigènes au lieu de l’espagnol. Il rencontre dans Salvatore Giuliano de Francesco Rosi, un exemple de cinéma militant et dans la trilogie Le Monde d’Apu de Satyajit Ray d’après Tagore (Pather Panchali, Aparajito, Le Monde d’Apu), un modèle du ressourcement d’un cinéma dans sa culture. De retour en Bolivie, il contacte Oscar Soria, déjà scénariste, et fonde avec lui un cinéclub et une école populaire de cinéma financés par les films qu’ils tournent pour, entre autres, la loterie nationale et le gouvernement bolivien, sur la réforme agraire. 

C’est avec Revolucién puis Aysa que Sanjines et ses camarades frappent leurs premiers coups de tonnerre. Le succès de ces films incite le groupe à entreprendre son premier long-métrage. Ukamau / C’est ainsi, en langue aymara, décrit la lente vengeance d’un Amérindien vivant au bord du lac Titicaca contre un métis qui a violé et tué sa femme. Le thème de la flûte du remords scande musicalement le dernier tiers de ce film qui se termine par une scène de combat dans le désert que Georges Sadoul a pu comparer, à juste titre, à la fin de Greed de von Stroheim. Ukamau devient alors le nom du groupe qui continue d’avoir des problèmes avec les autorités politiques de la Bolivie, mais qui est souvent sauvé par les prix que les films amassent dans les festivals. 

Les plans-séquences qui englobent le groupe vont devenir un des moyens de Sanjines pour faire comprendre la primauté du groupe sur l’individu dans les civilisations amérindiennes. Oscar Soria interviewe ensuite des rescapés du massacre du 24 juin 1967 à la mine Siglo XX. Produit par la RAI, télé italienne qui depuis a perdu le négatif original, Le Courage du peuple met en scène ces rescapés dans une reconstitution précise et épique de certains épisodes de l’histoire de la Bolivie. » – Luc Chaput, Séquences, n°192, sept./oct. 1997, p.17-18.

Fiche du film

Réalisateurs(trices)

Jorge Sanjinés

Année

1971

Titre original

El Coraje del pueblo

Durée

90 minutes

Date Sortie française

Mercredi 1 mai 1974

Auteur(s) / Scénario

Oscar Soria 

Détails

Interprètes

Avec Domitila Chungara, Federico Vallejo…  

Direction photographie

 Antonio Eguino 

Montage

Juan Carlos Macias, Sergio Buzi

Couleur

Couleur

Distributeur

Fundación Grupo Ukamau 

Musique

Nilo Soruco 

Son

Abelardo Kuschnir

Producteur(trice)

Walter Achugar, Edgardo Pallero

Pays

Italie Bolivie

Critiques

Le Courage du peuple

  • Mardi 19 novembre 2019 - 19 h 00

  • Cinéma Jean Eustache
Réserver en ligne

Le Courage du peuple

  • Dimanche 24 novembre 2019 - 16 h 15

  • Cinéma Jean Eustache
Réserver en ligne

Le programme du Festival 2019

Tout le programme du Festival 2019

Télécharger le programme