La Route des Indes

La route des Indes

La Route des Indes

A Passage to India

David Lean

1984

164 min.

Blu Ray

Inde, années 1920. Mrs. Moore rend visite à son fils, accompagnée de la fiancée de ce dernier, Adela. Elles font la connaissance du docteur Aziz et se heurtent aux préjugés racistes de la communauté anglaise – seul le professeur Fielding faisant exception. Au cours d’une excursion organisée par Aziz, Adela accuse celui-ci d’avoir tenté de la violer…

Le regard de l'historien du cinéma

La Route des Indes marque le retour triomphal de l’auteur de Lawrence d’Arabie après quinze années d’absence dues au désastre critique de La Fille de Ryan. Après avoir renoncé à son projet de film sur Gandhi (que réalisera Richard Attenborough), Lean adapte le roman d’E. M. Forster, contribuant au cycle de films et de séries télévisées britanniques des années 1980 sur l’Inde coloniale – ouvert en 1982 par Chaleur et poussière de James Ivory. Jugeant que Forster avait maltraité le personnage d’Adela, Lean la replace au centre de son récit : le film s’ouvre et se termine sur elle et il ajoute une scène où elle fait face à ses propres angoisses lors d’une sortie en vélo. C’est à travers son regard et celui de Mrs Moore que le spectateur prend conscience de l’incongruité et de la violence de la situation coloniale. Amoureux de l’Inde, Lean souhaite aussi en faire l’un des sujets du film et exploite au maximum les possibilités expressives du paysage. C’est le cas lors de la séquence de l’excursion aux grottes de Marabar, où Lean traduit en termes cinématographiques la distinction pratiquée par Forster entre « confusion » et « mystère » pour décrire la réalité de l’Inde. 


« "East is East, and West is West, and never the twain shall meet" écrivait Rudyard Kipling. Autrement dit, l'Orient et l'Occident diffèrent et ne se mêleront jamais. Cela pourrait être le sous-titre de La Route des Indes. Dès notre arrivée en Inde, on voit la séparation nette entre Anglais et Indiens. Le colonisateur à reconstruit la vieille Angleterre à Chandrapore. Les Anglais vivent entre eux, s'amusent entre eux dans une Angleterre reconstruite, et ne se mêlent pas à la population locale, à ses préoccupations, à sa culture. Dans son écriture Lean décrit cette situation avec une immense habileté, sans manichéisme et sans simplisme. Justice est rendue, mais le cinéaste, lui, ne juge jamais, exposant les torts et les raisons de chacun. L'establishment anglais est méprisable, mais les indépendantistes indiens sont inquiétants, l'existence des castes – sans être soulignée – n'est pas masquée, les faits sont montrés mais personne n'est condamné, Lean laisse le spectateur se forger son opinion. Pour sa dernière œuvre, David Lean a livré un film d'une richesse incroyable, que ces quelques lignes ne peuvent qu'effleurer. Ses lignes de forces multiples, intimes, historiques, politiques ou spirituelles sont savamment entremêlées pour un résultat d'une fluidité formidable, passionnant dès la première vision et révélant avec le temps sa complexité pour le plus grand bonheur du spectateur. » – DVDClassik

Fiche du film

Réalisateurs(trices)

David Lean

Année

1984

Titre original

A Passage to India

Durée

164 minutes

Date Sortie française

mer, 04/24/1985 - 12:00

Auteur(s) / Scénario

David Lean

Version langue

VOSTF

Détails

Interprètes

Judy Davis (Adela Quested), Victor Banerjee (le docteur Aziz), Peggy Ashcroft (Mrs. Moore), James Fox (Richard Fielding), Alec Guinness (le professeur Godbole)…

D'après

D'après le roman de E. M. Forster

Direction photographie

Ernest Day

Montage

David Lean

Couleur

Couleur

Distributeur

Park Circus

Musique

Maurice Jarre

Son

John Mitchell

Producteur(trice)

John Brabourne, Richard B. Goodwin

Pays

Grande Bretagne Etats-Unis

Le programme 2017

Tout le programme du festival 2017 en PDF

Télécharger le programme

La Route des Indes

  • Mercredi 22 novembre 2017 - 17 h 00

  • Cinéma Jean Eustache
Réserver en ligne

La Route des Indes

  • Lundi 27 novembre 2017 - 16 h 30

  • Cinéma Jean Eustache
Réserver en ligne