La Mort en face : le pogrom de Iasi

La Mort en face : le pogrom de Iasi

La Mort en face : le pogrom de Iasi

William Karel

Nellu Cohn

2019

52 min.

VF

Entre le 28 juin et 6 juillet 1941, la Roumanie fut le théâtre d’un crime de masse antisémite d’une violence inouïe. Cet été là, près de 15 000 Juifs furent assassinés dans la ville de Iasi. Orchestré par le gouvernement et les autorités roumaines, les ordres ont été appliqués avec enthousiasme par la police, l’armée et la population… Les derniers survivants racontent.

« Aucun pays, l’Allemagne exceptée, ne participa aussi activement au massacre des Juifs que la Roumanie. » - Raul Hilberg, La destruction des Juifs d’Europe
A Iasi, quatrième ville de Roumanie, en 8 jours, du 28 juin au 6 juillet 1941, près de 15 000 Juifs furent assassinés lors d’un effroyable pogrom. Au moment des faits, l’extermination programmée des juifs d’Europe n’avait pas encore débuté. À Iasi, il n’y avait ni chambre à gaz, ni four crématoire, mais tout le reste était là : la terreur, les humiliations, les wagons plombés, la famine, les exécutions publiques, la haine. Les ordres venaient d’en haut, et ils ont été appliqués avec enthousiasme, par la police, l’armée et la population. Pendant plus de 60 ans, les gouvernements communistes successifs ont tout fait pour que le pogrom de Iasi sombre dans l’oubli. Il fallait perpétuer le mythe de la résistance du peuple tout entier contre la tyrannie fasciste et minimiser leurs responsabilités dans le pogrom. Il fallut attendre novembre 2004 pour que l’État roumain admette pour la première fois sa responsabilité directe dans le pogrom. Des excuses officielles du gouvernement furent enfin présentées à la communauté juive, 60 ans plus tard. De ce massacre, il ne reste rien, pas le moindre bout de film, juste quelques photographies, la plupart prises par des soldats allemands qui les envoyèrent à leur famille en guise de souvenir de Roumanie. Et une poignée de témoins. Ils avaient sept, neuf ou douze ans en 1941.

Biographie du réalisateur(rice)

William Karel

William Karel

Il travaille pendant plus de dix ans en tant que reporter photographe pour des agences telles que Gamma ou Sygma. Il passe ensuite derrière la caméra pour se consacrer à la réalisation de documentaires.

Films réalisés

2017 : Une terre deux fois promise : Israël-Palestine (Co-réalisation Blanche Finger)
2015 : François Mitterrand. Que reste-t-il de nos amours ? - Sélection Prix du film d'histoire - catégorie Documentaire, Pessac 2015
2014 : Jusqu’au dernier. La destruction des Juifs d’Europe (Co-réalisation Blanche Finger)
2012 : Barack Obama. Au cœur de la maison blanche
2011 : Album(s) d’Auschwitz (Co-réalisation Blanche Finger) - Sélection Prix du film d'histoire - catégorie Documentaire, Pessac 2011
2011 : Looking for Nicolas Sarkozy
2011 : Philip Roth, sans complexe
2010 : Gallimard, le Roi Lire
2009 : Mais qui a tué Maggie ? - Sélection Prix du film d'histoire – catégorie Documentaire, Pessac 2009
2009 : 1929
2008 : Meurtres à l’Empire State Building
2005 : La Fille du juge
2004 : Le Monde selon Bush
2003 : Jean Moulin. Lettre à un inconnu
2003 : CIA – Guerres secrètes
2002 : Opération Lune

Biographie du réalisateur(rice)

Nellu Cohn

Né à Iasi au sein d’une famille miraculeusement épargnée, Nellu Cohn a grandi avec la mémoire du pogrom chevillée au corps. Après des études musicales à la Rubin Academy de Jérusalem puis au conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, il entame une carrière de compositeur. Depuis une dizaine d’années, il développe en parallèle des activités de photographe et publie de nombreux livres sur la vie artistique et culturelle de Tel-Aviv, et a réalisé le documentaire Tel Haviv Live.

Fiche du film

Réalisateurs(trices)

William Karel

Nellu Cohn

Année

2019

Durée

52 minutes

Auteur(s) / Scénario

William Karel et Nellu Cohn - Conseiller historique : Carol Iancu

Thématiques abordées par le film
Seconde Guerre mondiale
Détails

Direction photographie

Thomas Brémond

Montage

Pauline Pallier

Couleur

Couleur et N&B

Production

Cinétévé

Coproduction

Melting Prod le studio

Musique

Olivier Depardon

Son

Thomas Brémond

Producteur(trice)

Fabienne Servan Schreiber et Lucie Pastor

Pays

France

Avec le soutien de

la Procirep – Société des Producteurs et de l’Angoa, de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah - Avec la participation de France Télévisions, du Centre national du Cinéma et de l’Image animée

Critiques

La Mort en face : le pogrom de Iasi

Réserver en ligne

Le programme du Festival 2019

Tout le programme du Festival 2019

Télécharger le programme