La Banquière

La Banquière

La Banquière

Francis Girod

1980

130 min.

DVD

Dans les années 20 à Paris, grâce à ses relations et son intelligence, la jeune Emma Eckhert sort rapidement de son milieu modeste pour prendre une place de choix dans le petit cercle fermé de la haute finance. Mais son ascension fulgurante ne laisse pas d’inquiéter le puissant banquier Vannister, qui entreprend de briser cette jeune femme à qui tout réussit…

« Un des meilleurs films de Francis Girod. Et pourtant… Pourtant on ne sait trop où veulent nous emmener le réalisateur et son scénariste Georges Conchon. Veut-il dénoncer le boursicotage et l’inévitable crise qui allait déferler en France dans les années 1930 ? Réaliser un pamphlet politique ? Faire le portrait d’une femme ayant beaucoup de « tares » pour l’époque : juive, homosexuelle et ayant un pouvoir financier – et donc politique ? Voulait-il montrer une France entre deux guerres, tiraillée par ses démons antisémites et réactionnaires? Rien de tout cela n’est très clair. Inspiré de la vie tumultueuse de la banquière Marthe Hanau, les deux hommes prennent fait et cause pour cette femme. D’abord physiquement : Romy Schneider étant bien plus belle que son modèle. Mais aussi, Georges Conchon et Francis Girod laissent à penser que cette femme était une bienfaitrice en défendant la monnaie d’alors : le franc. Mais aussi en permettant à la petite bourgeoisie de s’enrichir par le biais d’un système légal, pourtant honni d’une institution bancaire sérieusement concurrencée. Le film cependant s’en tire par le portrait de cette Emma Eckhert interprétée magnifiquement par Romy Schneider. Et par une distribution des plus prestigieuses. Seul Daniel Mesguich ne semble pas très à son aise en petit politicien volage et fat. Le film bénéficie aussi d’un gros travail de reconstitution de ces années folles. Les objets art-déco y trouvent une place de choix. Costumes et décors sont éblouissants. Francis Girod pour la seconde fois fait appel à Ennio Morricone pour illustrer musicalement son film. » – Sens critique

« Francis Girod et Georges Conchon, son scénariste, n’ont pas mégoté sur les analogies d’identité et sur l’évidence du modèle. Comme Emma Eckhert, Marthe Hanau était une juive alsacienne, mariée puis divorcée (Lazare Bloch devenant, dans le film, Moïse Nathanson – Jacques Fabbri) mais ayant conservé avec son ex-époux des relations d’affaires. La gazette du franc devient, chez Girod, La défense du franc et le journal est soutenu par la gauche radicale. La société de banque propose, dans l’une et l’autre histoire, des intérêts à 8%, ce qui indigne la finance traditionnelle, en l’occurrence Horace Finaly, patron de la Banque de Paris et des Pays-Bas – Horace Vannister (Jean-Louis Trintignant) dans le film de Francis Girod.
Beaucoup de scènes brillantes et subtilement empreintes de l’immoralisme des années folles, comme la scène du bal de Monte Carlo ; et aussi les interventions récurrentes et parfaites du maître-chanteur Duvernet, patron de la feuille à scandales La rumeur, formidablement interprété par Jean Carmet, magnifique de veulerie… » – DVD Toile

Fiche du film

Réalisateurs(trices)

Francis Girod

Année

1980

Durée

130 minutes

Date Sortie française

Mercredi 27 août 1980

Auteur(s) / Scénario

Georges Conchon

Version langue

VF

Thématiques abordées par le film
Entre-deux-guerres
Détails

Interprètes

Avec Romy Schneider (Emma Eckhert), Jean-Louis Trintignant (Horace Vannister), Jean-Claude Brialy (Paul Cisterne), Claude Brasseur (Largué), Jean Carmet (Du Vernet)…

Direction photographie

Bernard Zitzermann

Montage

Geneviève Winding

Couleur

Couleur

Production

Ariel Zeïtoun

Musique

Ennio Morricone

Son

Jean-Pierre Ruh

Pays

France

Critiques

 

Le programme 2018

Tout le programme du festival 2018 en PDF

Télécharger le programme

La Banquière

  • Mardi 20 novembre 2018 - 17 h 00

  • Cinéma Jean Eustache
Réserver en ligne