Indochine

Indochine

Indochine

Régis Wargnier

1992

160 min.

DCP

1930, Indochine. Éliane Devries dirige une plantation d’hévéas et n’a d’égards que pour sa fille adoptive, l’annamite Camille. L’une et l’autre tombent amoureuses de Jean-Baptiste, jeune officier de marine. Par jalousie, Éliane le fait muter, mais Camille se rebelle, découvre la réalité du colonialisme et, enceinte de Jean-Baptiste, rejoint le mouvement communiste. elle devient la « princesse Rouge » dont la légende soutient l’imaginaire du soulèvement anticolonialiste…

Projet dû à l’initiative du producteur Éric Heumann, petit-fils de planteur de caoutchouc, Indochine n’est pas étranger à une certaine mode rétro qui s’empare des écrans français à partir des années 1980 et jusque dans les années 1990. Le scénario mobilise notamment Louis Gardel, auteur de Fort Saganne (1980) et Érik Orsenna, prix Goncourt pour L’Exposition coloniale (1988). D’emblée le film porte dans ses gènes l’ambiguïté de la vision du cinéaste Régis Wargnier, qui fait lire à Deneuve Les Asiates (1980) de Jean Hougron. En choisissant de faire de son personnage à la fois la protagoniste et l’unique narratrice du récit, les auteurs privilégient un point de vue situé – celui d’une grande propriétaire blanche qui porte le deuil d’un ordre en voie de disparition. Indochine ne sera pas l’histoire de l’accession à l’indépendance d’un peuple colonisé, mais celle d’une perte de contrôle, de la fin d’une domination. C’est ce que signale, dans un symbolisme souligné par la palette des marrons et des gris, les fumées, les eaux, et le chœur funèbre, la séquence de générique d’ouverture. Une figure historique d’exception aurait lointainement inspiré le personnage d’Éliane : Mme de la Souchère, née Janie Bertin, seule femme de toute l’Indochine française à la tête d’une plantation d’hévéas à la mort de son mari en 1916. Ayant adopté une jeune Annamite, quasiment ruinée après la crise de 1929, elle regagna la France avec ses enfants adoptifs à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Respectée de ses coolies, dont beaucoup la considéraient comme leur « mère », elle a quelque chose de la figure de Karen Blixen dans sa « ferme africaine ».
Si, dans Indochine, la plantation d’hévéas d’Éliane Devries occupe une place centrale comme métaphore du rapport colonial, le spectateur pressé pourrait en tirer des conclusions fausses sur l’économie coloniale et par conséquent sur la nature du colonialisme lui-même. Le geste de saigner l’écorce de l’hévéa peut valoir pour la prédation plus générale de l’Occident sur les chairs colonisées. Mais le film reste flou sur qui possède et exploite les rizières pour le bénéfice de qui. Les plans d’ensemble de paysages traditionnels qui ponctuent l’avant-dernière partie du récit, autour notamment de la fuite de Camille et Jean-Baptiste, relèvent d’un orientalisme muet sur les conditions économiques. Seule l’évocation rapide de la construction du Transindochinois, sur le chantier duquel Camille rencontre ses compagnons d’infortune, rappelle l’extrême dureté des conditions de travail des ouvriers exploités. Derrière le romanesque transparaît une vision ethnocentrée de l’Histoire. – Jean-François Baillon, Ciné-dossier n°2, « 1918–1939, la drôle de paix » – Festival international du film d’histoire.

 

Fiche du film

Réalisateurs(trices)

Régis Wargnier

Année

1992

Durée

160 minutes

Date Sortie française

Mercredi 15 avril 1992

Auteur(s) / Scénario

Erik Orsenna, Louis Gardel, Catherine Cohen, Régis Wargnier

Version langue

VF

Thématiques abordées par le film
Aventure
Détails

Interprètes

Avec Catherine Deneuve (Éliane Devries), Vincent Perez (Jean-Baptiste Le Guem), Dan Phan Linh (Camille), Jean Yanne (Guy Asselin), Dominique Blanc (Yvette)…

Direction photographie

François Catonné

Montage

Geneviève Winding

Couleur

Couleur

Production

Gérard Crosnier, Alain Belmondo

Distributeur

Carlotta

Musique

Kamal El Tawil, Yohia El Mougy

Son

Guillaume Sciama, Dominique Hennequin

Pays

France

Critiques

 

Le programme 2018

Tout le programme du festival 2018 en PDF

Télécharger le programme

Indochine

  • Lundi 19 novembre 2018 - 14 h 30

  • Cinéma Jean Eustache
Réserver en ligne