1917, il était une fois la Révolution

1917, il était une fois la Révolution © AKG

1917, il était une fois la Révolution

Bernard George

2017

90 min.

VF

En février 1917, la Russie entre en révolution, balayant en quelques jours le pouvoir tsariste. Pendant neuf mois se dessine une période incertaine, faite de grands espoirs pour le peuple, de troubles et de révoltes spontanées, dont un journaliste français du Petit Parisien, Claude Anet, rend compte. Jusqu'à ce que les bolchéviques, conduits par Lénine et Trotski, s'emparent finalement du pouvoir en octobre 1917, ouvrant une nouvelle page de l'histoire russe, qui n'était pas écrite à l'avance.

En février 1917, dans le terrible hiver russe, les armées impériales, pourtant considérées comme invulnérables à l'époque, sont décimées face aux offensives allemandes. Les Alliés craignent que leur atout à l'est ne fasse défection. Pour les paysans miséreux, pour le prolétariat exploité des villes, la guerre est depuis longtemps synonyme de pénurie et de famine.

Le Tsar et son entourage ne voient pas la révolte qui s'annonce. Nicolas II a brisé celle de 1905, dispose d'une police politique, déporte ses opposants. Il se comporte en véritable autocrate, ne concédant aux libéraux qu'une assemblée fantoche, la Douma. Et en ce mois de février, il est loin de sa capitale Petrograd, occupé à diriger personnellement son armée.

Dans la ville coupée en deux par le fleuve Neva, les attroupements et manifestations se succèdent. Le journaliste Claude Anet, correspondant à Petrograd, décrit la colère de ces ouvriers qui n'ont plus de travail et de salaire : les usines ne sont plus ravitaillées. Dès le 24 février, 200 000 personnes sont dans la rue. Nicolas II ne parviendra jamais à regagner à temps sa ville. Devant la pression de son état-major, il abdique.

Un vent de liberté souffle sur le pays et un gouvernement provisoire à majorité libérale est mis en place. Mais les difficultés de la guerre ne s'effacent pas, la capitale est méconnaissable. Lénine et Trotski qui s'étaient exilés, rentrent au pays et attendent leur heure. Incapable de relancer le processus démocratique face à l'intransigeance du parti bolchévique, le gouvernement est désormais à la merci d'un coup de force. Neuf mois après la révolution de février, et grâce à une opération magistralement orchestrée par Trotski, les bolchéviques se rendent maîtres le 24 octobre de tous les centres névralgiques de la ville, avant de s'emparer du Palais d'Hiver. Pour Lénine, "déclencher la révolution mondiale en Russie fut aussi facile que de ramasser une plume".

Biographie du réalisateur(rice)

Bernard George

Bernard George

Né à Arles, dans une famille de l’image (il est le petit-fils du photographe arlésien Joseph George) Bernard George est l’auteur-réalisateur de plus d’une cinquantaine de films documentaires pour la télévision, notamment historiques.

 

Films réalisés

2015 : 3 épisodes pour "Les oubliés de l'histoire" : Bobby Sands, le martyr de Thatcher / George Best, la pop star du football / Tom Simpson, la mort au guidon
2015 : Maghreb 39/45 un destin qui bascule
2015 : Le Procès Tehlirian, la vengeance des arméniens - Sélection Panorama du Documentaire, Pessac mars 2016
2014 : Cao Bang les soldats sacrifiés d'Indochine - Sélection Panorama du Documentaire, Pessac 2014
2013 : Jaurès est Vivant !
2012 : Le scribe qui dessine  
2011 : Les Combattants de l’Ombre
2011 : Prison, l’impossible réforme
2011 : Alexandre le Grand, le Macédonien
2010 : Daniel Cordier, La résistance comme un roman
2009 : L’Affaire Kravchenko, la guerre froide à Paris - Sélection Documentaires inédits, Pessac 2009

Fiche du film

Réalisateurs(trices)

Bernard George

Année

2017

Durée

90 minutes

Auteur(s) / Scénario

Bernard George / Avec la collaboration d'Odile Berger et d'Olivier Wieviorka / Conseiller historique : Nicolas Werth

Thématiques abordées par le film
Histoire
Détails

Direction photographie

Jean-Louis Laforêt, assisté de François Diard

Montage

Pierre-Joseph Licidé et Fabrice Salinié, assistés de Sophie Krykwinski

Couleur

Couleur et N&B

Production

Cinétévé

Musique

Robert Baccherini, avec la collaboration d'Eric Breton et de Michel Ramillon

Son

Florent Ravalec

Pays

France

Avec le soutien de

Procirep - Société des Producteurs et de l'ANGOA, de la Fondation Jean-Jaurès / Avec la participation de France Télévisions, Centre National du Cinéma et de l'Image animée, Radio-Canada, ICI RDI, RTBF, RSI, National Geographic

Critiques

Le programme 2018

Tout le programme du festival 2018 en PDF

Télécharger le programme

1917, il était une fois la Révolution

  • Samedi 25 novembre 2017 - 16 h 00

  • Cinéma Jean Eustache
  • En présence de Bernard George

Réserver en ligne